Breveté en 1984 … le GPS

Breveté en 1984 … le GPS

5 décembre 2018 Non Par taslitewp

Ce prototype « Guide intelligent » de 1985 est l’œuvre de l’inventeur Gérard de Villeroché, un ancien adjoint au commissaire à l’industrialisation de la Lorraine. Breveté en 1984 et conçu notamment entre Metz et Nancy, le procédé de navigation électronique indiquait au conducteur la route à suivre mais aussi les points d’intérêts comme les hôtels ou les restaurants. Nous l’avions testé dans les rues de Metz en 1986.

Le « Guide intelligent » breveté en 1984 par Gérard de Villeroché, ancien adjoint au commissaire à l’industrialisation de la Lorraine : l’appareil a été conçu avec l’aide notamment de laboratoires universitaires de Lorraine (Archives Le Républicain Lorrain)
Le "Guide intelligent" breveté en 1984 par Gérard de Villeroché, ancien adjoint au commissaire à l’industrialisation de la Lorraine : l'appareil a été conçu avec l'aide notamment de laboratoires universitaires de Lorraine (Archives Le Républicain Lorrain) Républicain Lorrain du 24 mai 1986 Gérard de Villeroché, inventeur et ancien adjoint au commissaire à l’industrialisation de la Lorraine 1981-1985) : il est aussi ancien délégué de l'Association Mondiale des Inventeurs (IFIA) et président fondateur de l'Association des Inventeurs de Paris (AIP). (Capture d'écran YouTube) Républicain Lorrain du 24 mai 1986 Gérard de Villeroché et son "Guide intelligent" conçu en Lorraine : ici en test sur les routes de Metz en mai 1986 (Archives Le Républicain Lorrain) Républicain Lorrain du 24 mai 1986 Est Républicain du 17 avril 1986 Gérard de Villeroche présentant son "Guide intelligent" au salon de Genève en avril 1986 (Photo parue dans l'Est Républicain du 17 avril 1986)

Avec « La boite à archives », Le Républicain Lorrain vous propose de revivre des événements marquants, graves ou légers tels qu’ils étaient parus dans nos colonnes. Culture, sport, faits-divers, politique, vie quotidienne… retrouvez des articles d’époque retranscrits pour vous faciliter la lecture et vous permettre de plonger dans les actualités régionales et Grande Région qui ont marqué les pages de votre quotidien.

1984 : le brevet de navigation électronique

Dans cette courte vidéo, l’inventeur Gérard de Villeroché, présente son brevet de navigation électronique déposé en 1984, un procédé conçu en grande partie en Lorraine.

Nous vous proposons de voir cette séquence tirée des modules « Des inventions et des hommes » édités par TF1 et EDF en 2013. Avant de partir avec lui dans les rues de Metz en 1986, à bord d’une Renault 20 équipée de son prototype de « Guide intelligent ».

Suivez le « Guide intelligent »

Républicain Lorrain du 24 mai 1986

Républicain Lorrain du 24 mai 1986Photo HDRépublicain Lorrain du 24 mai 1986

[Républicain Lorrain du 24 mai 1986] Paris, tout Paris, ses rues, ses places et ses boulevards sur une seule carte à puce. Metz et Nancy sur une autre c’est la base du « Guide intelligent » qui a été enfanté en Lorraine. Gérard de Villeroché, son inventeur, est en quête d’un industriel pour le développement.

Vendredi 23 mai, 12 h 45, place Mazelle à Metz. Gérard de Villeroché au volent de sa « Renault 20″ pianote sur trois touches de ce qui ressemble évidemment à une machine électronique. Il affiche le 53 de la place Mazelle, notre point de départ. Objectif, la rue de la Paix. La distance (1.314 m) s’affiche sur l’un des écrans à cristaux liquides, tout comme y demeurent les points de départ et d’arrivée. Première enclenchée, c’est parti. Au milieu de l’appareil, sur un écran un peu plus important (environ 100 cm2) sont tracées, en sombre, quelques lignes. On perçoit immédiatement qu’il s’agit des rues de la ville. Un trait plus gras et une flèche sur celui-ci figurent l’axe suivi et notre progression.

On croise la rue du Cambout, puis la rue de la Gendarmerie, mais déjà la machine nous avait prévenu. Le « Guide intelligent » affiche, en effet, tous les axes que l’on côtoie, les places que l’on croise et la distance qui reste à parcourir. Et ainsi, il vous mène pas à pas vers votre destination. Un vrai jeu d’enfant, un jeu de piste, où rien n’est laissé au hasard à la croisée de chaque chemin. Le secret ? L’électronique, bien sûr. La réussite ? L’indispensable impulsion à donner au passage de chaque carrefour.

Gérard de Villeroché et son "Guide intelligent" conçu en Lorraine : ici en test sur les routes de Metz en mai 1986 (Archives Le Républicain Lorrain)Photo HDGérard de Villeroché et son « Guide intelligent » conçu en Lorraine : ici en test sur les routes de Metz en mai 1986 (Archives Le Républicain Lorrain)

Gérard de Villeroche : la passion

En moins d’une heure dans les rues de Metz, le système nous a convaincu. Il est vrai que le « Guide intelligent » (marque déposée « Smart Guide intelligent » [une société « Guidetronic » sera créée plus tard, ndlr]) a un mentor de talent, Gérard de Villeroché. L’engin est terminé depuis la fin de l’année dernière, il fonctionne sur le terrain seulement depuis le 2 avril et, en quelques mois, il devrait aborder les rives du secteur industriel. Avec la passion qui habite Gérard de Villeroché, c’est possible.

En Lorraine ? Pourquoi pas puisque c’est là qu’est née l’idée. C’est là aussi que l’invention prend son appel pour un nouvel élan depuis hier dans le cadre des Assises des patrons chrétiens réunis au palais des congrès de Grigy. Gérard de Villeroché fait partie de cette grande famille. Adjoint au commissaire à l’industrialisation de la Lorraine de 1981 à 1985, diplômé de l’université de l’Illinois, spécialiste de marketing et d’exportation, agent de développement, il est, depuis quelques années, tout habité par cette passion.

Les premiers lauriers viennent de tomber : il a décroché une médaille d’or au Salon de l’auto de Genève et un prix de l’Office de tourisme. Dans le même temps, il a pris des contacts partout. Chez Michelin, par exemple, dont on connaît l’expérience cartographique, chez les constructeurs, Peugeot en particulier, qui tous peuvent être intéressés par un système de guidage embarqué, des contacts à l’étranger, des contacts avec les administrations. Pour l’heure, rien n’est encore arrêté sur le plan industriel, même si Thomson, Fujitsu et d’autres peuvent développer rapidement les cartes à puce.

Paris dans une puce

Le système repose donc essentiellement sur l’électronique avec un avantage énorme sur d’autres, c’est qu’il est totalement autonome. Le « Guide intelligent » tiendra en effet dans une boîte de 21 sur 17 cm (le prototype est plus gros) qu’on peut parfaitement intégrer dans un tableau de bord. À l’intérieur, un micro-ordinateur alimenté par la carte à mémoire. Sur celle-ci sont emmagasinées toutes les données concernant une ville ou une région. Tout Paris par exemple.

Non seulement les rues, mais également des hôtels, des restaurants, théâtres et  cinémas. L’usager n’a plus qu’à demander ce qu’il veut pour que l’ordinateur lui montre le chemin. En affichant le point de départ et en indiquant par une simple impulsion sur une touche qu’on vient de franchir un carrefour, on fait fonctionner le système.

Ainsi, au lieu d’acheter une carte routière sur papier, vous pourrez vous contenter d’une carte à puce. Avec tous les développements qu’on peut espérer, telle la carte rechargeable depuis chez vous par Minitel pour les nouveaux tarifs des hôtels, les sens interdits ou encore les limitations de vitesse, le « Guide intelligent » a un bel avenir. Encore faut-il l’adopter et le développer. C’est en tout cas dans l’air du temps. Beaucoup y travaillent : il suffisait de visiter le Salon de l’auto de Tokyo en 1983 pour s’en convaincre. Raison de plus pour Gérard de Villeroché de barder son invention de brevets des USA au Japon en passant évidemment par l’Europe. Qui va relever aujourd’hui le défi ? Le marché est à prendre sachant que déjà près de 3 millions de francs ont été investis dans le « Guide intelligent » et qu’un appareil peut être vendu 4 000 F, voire moins, selon le développement.

Gérard de Villeroche a affiché le parcours souhaité : il reste tout de même quelques obstacles.

 Article signé Bernard Méaux [Républicain Lorrain du 24 mai 1986]

Conçu en Lorraine

Républicain Lorrain du 24 mai 1986

Républicain Lorrain du 24 mai 1986Photo HDRépublicain Lorrain du 24 mai 1986

[Républicain Lorrain du 24 mai 1986] Gérard de Villeroché rend hommage à tous ceux qui lui ont permis de réaliser ce « Guide intelligent » au bout de quatre années de travail. On peut dire ainsi sans conteste que cet engin a été conçu en Lorraine. Ont en effet participé à l’aventure : M. Cousot, ancien directeur du département informatique, avec l’appui de M. Carabatos à l’université de Metz ; de MM. Abignoli et Saintot, ainsi que de quelques élèves à l’ENSEM à Nancy, de MM. Vernel et Lanzi, chez Microlor à Longwy et enfin, un jeune étudiant messin, originaire de mars-la-Tour, Thierry Conrad, toujours branché sur le projet. L’ANVAR a également apporté son concours.

 Article signé Bernard Méaux [Républicain Lorrain du 24 mai 1986]

L’invention présentée au Salon de Genève en 1986

Est Républicain du 17 avril 1986

Est Républicain du 17 avril 1986Photo HDEst Républicain du 17 avril 1986

[Est Républicain du 17 avril 1986] […] L’une des inventions les plus remarquées vient de France et, plus précisément encore, de l’Est. Il s’agit du « Guide intelligent ». C’est un système électronique de guidage pour la circulation urbaine et routière. Son prototype, mis au point en Lorraine, à Metz, Longwy et Nancy, a fait sa première apparition dans ce Salon de Genève.

Gérard A. de Villeroché, ancien adjoint au commissaire à l’industrialisation de la Lorraine en fait une talentueuse et convaincante démonstration. « Son concept est simple. Il décrit l’itinéraire à suivre comme on le suivrait en lisant un plan de ville ou une carte routière. Il donne simultanément des informations générales et commerciales. Industrialisé et livré, cette année, il n’aura que 21 cm X 12 de face avant avec environ seulement quatre boutons pour tout faire et quelques boutons pour la sélection d’informations commerciales ».

« Il se placera donc aisément sur tout le tableau de bord. Aller d’un point A à un point Z, en ville, comme on lit un plan en papier, en suivant du doigt ou comme on écoute sa femme copilote dire : tourne à gauche, à droite, tout droit, est, avec ce guide, on ne peut plus aisé ».

Gérard de Villeroche présentant son "Guide intelligent" au salon de Genève en avril 1986 (Photo parue dans l'Est Républicain du 17 avril 1986)Photo HDGérard de Villeroche présentant son « Guide intelligent » au salon de Genève en avril 1986 (Photo parue dans l’Est Républicain du 17 avril 1986)

Pour le faire fonctionner, c’est simple : le plan de Paris, de Nancy ou de Besançon intra-muros est rentré dans une carte à mémoire à grande capacité. Vous mettez la carte dans l’appareil comme une cassette de jeu, l’ordinateur étant lui-même branché sur l’allume-cigare. Vous affichez sans clavier, par l’usage de flèches, aller-retour dans l’alphabet, le nom de la voie de départ avec le numéro d’immeuble observé à la droite du véhicule, cela donne le sens de circulation du véhicule et le numéro et le nom de la voie de destination. C’est tout.

Le guide fait le reste : calcul du chemin à suivre (optimisé) et s’affiche immédiatement sur l’écran plat l’itinéraire à suivre, tronçon par tronçon, de carrefour en carrefour. Il tient compte des sens interdits, de la fluidité des rues. Il donne des détails par un agrandissement d’échelle où, en la réduisant, montre l’itinéraire d’avance.

Son prix devrait défier toute concurrence. Gérard de Villeroché l’affirme. […] Reste à trouver des amateurs pour la fabrication en séries du petit guide lorrain. « J’ai beaucoup de propositions dans ce Salon », confie son promoteur. On espère que la majorité d’entre elles sont françaises.

 Article signé Francis Loridan [Est Républicain du 17 avril 1986]

Share with: